Fanm Djok

Talon d'Achille

Je me suis réveillée sans pouvoir poser le pied par terre. J’ai dû passer une crème anti-inflammatoire puis poser un pain de glace pendant une vingtaine de minutes. A cause de cela, je suis arrivée en retard au travail. V ne m’a rien dit, je ne sais pas si elle sait pour mon retard. Je l’ai croisé quand j’arrivais, elle avait une réunion et ne m’a pas vu.
Mon collègue R m’a fait pleurer. Il a dû dire quelque chose dans mon dos car j’ai entendu I dire qu’il allait réveiller en moi "le côté obscure de la force". C’est un véritable mal-parleur. Je l’entends critiquer son travail, sa cheffe et une de nos collègues à longueurs de journée. Il me fait parfois des réflexions sur mon travail et je doute de plus en plus que ce soit des taquineries.
Peut-être que ma collègue a raison, ils vont finir par me faire partir. Ce matin, alors que je laissais couler les larmes librement enfermée dans les toilettes, je me suis dis qu’il n’était pas possible que je travaille auprès de gens aussi aigris. J’ai même songé à ne pas accepter le prochain contrat qu’ils me proposeraient (s’ils décident de me prolonger) et profiter de mes un an d’assedic pour pouvoir passer mon permis et me former davantage.
Déjà Mercredi, pour moi c’est comme si la semaine est presque finie. J’ai commencé à lire Histoires de la nuit de Mauvignier. Une lectrice nous en a parlé avec tellement de passion que ma collègue J l’a acheté puis me l’a prêté. En lisant les premières pages, j’ai me suis dis que j’allais aimer. Mais je commence à me dire que le style est un peu pompeux.